Option binaire en Suisse : la FINMA tolère la pratique

Posté par

Si la FINMA ne donne pas de recommandation comme le fait l’AMF (avec sa liste noire des brokers), il n’en reste pas moins que les courtiers en option binaire sont autorisés dans le pays. Le marché s’est d’ailleurs fortement développé ces dernières années, notamment du fait que les Suisses ne paient pas d’impôts sur les plus-values boursières.

Option binaire en Suisse

Quelle législation pour les options binaires en Suisse ?

Option binaire : La Suisse fait confiance aux pays de l’UE

Comment la légalisation Suisse est-elle faite ? La Suisse ne fait pas partie de l’Union Européenne, mais elle entretient des relations étroites sur certains points avec ses homologues. C’est le cas sur les brokers régulés : s’ils sont certifiés dans un pays de l’UE, la Suisse accepte également qu’ils opèrent en tout légalité sur son territoire (la fiscalité en option binaire est cependant différente d’un pays à l’autre). Toujours est-il que la FINMA (Autorité Fédérale de Régulation des Marchés Financiers) et l’ARIF (Association Romande des Intermédiaires Financiers) surveillent les courtiers de près et peuvent, le cas échéant, se prononcer sur l’interdiction d’un broker pour garantir la sécurité des citoyens. Comme en France ou ailleurs en Europe, tous les sous-jacents sont acceptés : aussi bien les actions, que les indices, les matières premières ou le forex.

Si l’autorité financière à Chypre (CySEC) est particulièrement active (les brokers étant souvent domiciliés là-bas), il est recommandé aux Suisses de privilégier les courtiers régulés par l’AMF française, qui doivent observer des audits extrêmement drastiques pour garantir la sécurité des français.